BPCO ou broncho-pneumopathie chronique obstructive

La BPCO est aujourd’hui la quatrième cause de mortalité mondiale.

Comment le tabac « coupe-t-il le souffle » ?

La BPCO est aujourd’hui la quatrième cause de mortalité mondiale.
En France, 3 millions de personnes sont atteintes de broncho-pneumopathie chronique obstructive et parmi celles-ci 60 000 au moins sont au stade de l’insuffisance respiratoire chronique

La BPCO ou Broncho-Pneumopathie Chronique Obstructive

Fumée, poumons et bpco

Les fumeurs craignent le cancer, mais la BPCO n’est pas moins effrayante !

La broncho-pneumopathie chronique obstructive est aujourd’hui la quatrième cause de mortalité mondiale.
En France, 3 millions de personnes sont atteintes de BPCO et parmi celles-ci 60 000 au moins sont au stade de l’insuffisance respiratoire chronique.
La BPCO est responsable de 17 000 morts par an, c’est la troisième cause de mortalité par maladies, après les maladies cardio-vasculaires.
Plus inquiétant, sa fréquence a augmenté de 40 % en 15 ans.
(Données : Comité National Contre Les Maladies Respiratoires – 2005)

Maladie BPCO

La broncho-pneumopathie chronique obstructive est une maladie des poumons et des voies aériennes qui se caractérise par une obstruction permanente des bronches.
L’abréviation BPCO correspond à deux affections plus connues sous le nom de bronchite chronique et emphysème.
La broncho-pneumopathie chronique obstructive conduit à l’essoufflement durant l’effort et à l’insuffisance respiratoire.

Les bronches

Les bronches ont un rôle essentiel, elles conduisent l’air vers les poumons.
En s’enfonçant dans les poumons, les voies aériennes deviennent de plus en plus petites, comme les branches d’un arbre.
Au bout de chacune de ces minuscules branches, se trouvent de tous petits sacs qui se remplissent d’air, les alvéoles pulmonaires.

Ces alvéoles pulmonaires permettent au sang de se débarrasser du gaz carbonique produit par le fonctionnement de l’organisme (dioxyde de carbone) et de se charger en oxygène qu’il va transporter jusqu’aux différents organes.

Conséquence de la BPCO

Les parois des voies aériennes sont épaissies, inflammatoires et encombrées par des sécrétions.
La section des voies aériennes se trouve réduite, le débit d’air est plus faible.
L’air pénètre difficilement dans le poumon d’où une moins bonne alimentation en oxygène.
Les alvéoles pulmonaires ne se vident pas correctement.

Symptômes de la BPCO

Une personne atteinte de BPCO est facilement essoufflée, tousse souvent.
Les bronchites sont fréquentes et sont longues à se guérir.
Ces symptômes sont suffisants pour nécessiter une consultation auprès de votre médecin.

La BPCO

La broncho-pneumopathie chronique obstructive n’est pas une maladie contagieuse.
C’est une maladie d’adulte qui apparaît généralement après 40 ans.

Les causes de la BPCO

Risques professionnels

Travailler dans un environnement très pollué, peut-être la cause d’apparition de la broncho-pneumopathie chronique obstructive.
L’exposition à certains polluants, gaz, fumées, poussières, vapeurs toxiques peuvent provoquer la BPCO chez les mineurs, les ouvriers du bâtiment, l’industrie textile, les ouvriers agricoles.

Le tabagisme

La consommation de tabac fumé est le principal facteur de risque de la BPCO.
90 % des BPCO sont dues à la consommation de tabac fumé.
L’évolution de la maladie et la mortalité due à la BPCO sont étroitement liées à l’importance de la consommation tabagique.
L’arrêt de la cigarette ou de tout autre mode de consommation du tabac fumé stoppe la dégradation des bronches.

Traitement de la BPCO

Une fois les bronches atteintes, il n’est pas possible de revenir en arrière !
Un arrêt du tabagisme pourra toutefois ralentir l’évolution de la maladie et en améliorer ses conséquences.
Le malade se sentira alors moins essoufflé, il toussera moins et sera moins sensible aux bronchites.
En continuant à fumer, le fumeur risque de faire évoluer cette BPCO vers une insuffisance respiratoire chronique, situation très invalidante nécessitant d’être placé sous oxygénothérapie…
(on se promène partout avec sa bonbonne d’oxygène et un petit tube sous le nez)

Médicaments

Les principaux médicaments de sa BPCO sont de deux types :
les bronchodilatateurs et les anti-inflammatoires.
Ils ne guérissent pas la BPCO, ils ne peuvent que soulager les symptômes et prévenir les poussées de la maladie.

Kinésithérapie

Un entraînement musculaire permet dans certains cas la réhabilitation respiratoire.
Des traitements chirurgicaux peuvent être proposés.

L’oxygénothérapie

Lorsque les poumons sont devenus incapables d’assurer une oxygénation suffisante de l’organisme, insuffisance respiratoire chronique, il devient indispensable d’assurer au malade une oxygénothérapie quotidienne.
Le malade doit assurer l’oxygénation de son organisme par une machine ou une bonbonne d’oxygène au minimum 15 heures par jour.

2 reflexions sur “BPCO ou broncho-pneumopathie chronique obstructive

    1. Patrick Auteur de l'article

      Oui et pas de la façon la plus agréable.
      Mon père, gros fumeur jusqu’à 65 ans est décédé comme ça.
      Certainement plus pénible à vivre qu’un cancer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *