La cigarette électronique ou e-cigarette, leurre ou progrès ?

La cigarette électronique équipée de cartouches pouvant contenir de la nicotine, est très souvent présentées comme une aide au sevrage tabagique.
Que faut-il en penser ?

 

Peut-on faire confiance à la cigarette électronique l'e-cigarette ? Ou quitte-ton une dépendance pour une autre ? Photo Lauri Rantala

Peut-on faire confiance à la cigarette électronique, l’e-cigarette pour arrêter de fumer ou quitte-t-on une dépendance pour une autre ?
Photo Lauri Rantala

Principe de la cigarette électronique

Sur les sites de vente, on peut trouver des insertions du style :
“composées de commandes microélectroniques” ou “commandées par microprocesseur…”
En fait d’électronique à base de microprocesseur, ces cigarettes sont conçues autour d’un système bien plus rudimentaire.

En tirant sur votre e-cigarette électronique, l’air admis dans le système comprime un ressort qui établit un contact avec la batterie et fait chauffer une simple résistance.
Pas très électronique, tout ça… cigarette électromécanique serait plus juste.

Cigarettes ou machine à fumer

Le principe de ces e-cigarettes électroniques s’apparente aux machines à fumée utilisées en boite de nuit.
La résistance chauffe le produit contenu dans la cartouche.
En se mélangeant à l’air aspiré, celui-ci produit une fumée artificielle chargée de nicotine, lorsque la cartouche en est pourvue.

Fumée de la cigarette électronique

Les cartouches contiennent du propylène glycol, une substance chimique utilisée à faible dose dans de nombreux produits de beauté, des médicaments et des préparations alimentaires !

Chauffé par la résistance, le propylène glycol s’évapore au niveau de l’atomiseur, se mélange à l’air inspiré, pour aboutir sous forme de vapeur à environ 50 à 60 degrés centigrades, dans la bouche du « fumeur électronique ».

Cigarette électronique jetable

Les cigarettes électroniques jetables envahissent le marché !
Vendues entre 8 à 10€ elle permettent environ 300 bouffées.

Risques pour la santé de la cigarette électronique

“Gardez le plaisir de fumer sans détériorer votre santé et celles des autres”
“Ressemble à une cigarette mais sans goudron, et la fumée qui en sort ne contient aucune substance polluante.”
“Vous exhalez de la fumée inoffensive et sans odeur”.

Que penser de ces affirmations ?

Ces allégations ne reposent sur aucune étude !

La cigarette électronique ou e-cigarette, est présentée comme sans danger, puisqu’elle ne contient pas de goudrons.
Mais il n’est pas sûr du tout que d’inhaler du propylène glycol régulièrement soit sans danger.

Devant l’engouement suscité par l’e-cigarette électronique auprès des fumeurs, l’Afssaps a examiné les conditions de mise sur le marché des cigarettes électroniques et a effectué une première analyse des risques potentiels.
Il est prévu de conduire une évaluation approfondie avec le concours d’experts toxicologues.

Notamment, l’Afssaps et la D. G. S. recommandent la plus grande prudence aux utilisateurs.
En raison du risque de toxicité des produits utilisés et de leur éventuel passage dans le lait maternel, l’utilisation de la cigarette électronique est formellement déconseillée aux femmes enceintes.

Composition du liquide de la cigarette électronique

Officiellement, le propylène glycol est le principal composant du liquide contenu dans les cartouches.
Le propylène glycol est un solvant irritant qui peut entraîner des effets neurologiques proches de l’état d’ébriété.

  • En alimentaire le propylène glycol peut être utilisé comme émulsifiant dans les sauces et assaisonnements ou comme solvant dans les arômes liquides.
  • Le propylène glycol est utilisé comme humectant et anti-moisissure dans certains cosmétiques et dans l’industrie du tabac.
  • Il remplace souvent la glycérine comme excipient.
  • On s’en sert dans l’industrie textile pour la fabrication des fibres polyester.

Bien que le propylène glycol soit utilisé régulièrement dans des produits d’usage courant, alimentaires, cosmétiques et pharmacologiques il est dénoncé par certaines associations pour les allergies qu’il provoque.

Il sera nécessaire de vérifier la toxicité du propylène glycol pour l’organisme dans cet usage d’inhalation répétée à haute dose avec un produit chauffé.

Il ne faut pas confondre le propylène glycol avec l’éthylène glycol moins coûteux mais hautement toxique.
Ces cartouches de recharges pour e-cigarettes étant fabriquées en Chine, sans contrôle, vendues sur Internet, il y a lieu d’être extrêmement prudent.
Les enjeux financiers sont tels que remplacer du propylène glycol par de l’éthylène glycol (par erreur, bien entendu !) pourrait germer dans un cerveau fou de l’Empire du Milieu…
Rappelez-vous les canapés et bottes qui démangeaient leurs utilisateurs ou le lait frelaté…

Cigarette électronique et nicotine

Se rajoutent des quantités plus ou moins importantes de nicotine, suivant les cartouches : high, medium, low et zéro.
Pour imiter le goût du tabac fumé, des substances aromatiques à base d’additifs alimentaires ou d’arômes artificiels sont utilisés y compris des dérivés terpéniques, menthol, linalol, dérivés terpéniques pouvant avoir des conséquences chez les consommateurs épileptiques.

Il n’est pas impossible que d’autres substances chimiques soient utilisées.

Utilisation pratique de la cigarette électronique

L’utilisation de la cigarette électronique demande une courte période d’apprentissage pour l’utiliser correctement.

Certains modèles ont une fâcheuse tendance à vider la cartouche de produit à fumée dans la bouche de l’utilisateur, sous certaines inclinaisons.
Les quantités de produit inhalé semble mal contrôlées.

Certains utilisateurs attachent une réelle importance à l’effet ressenti par l’utilisation de la cigarette électronique.
L’effet proche de l’ébriété cité plus haut, provoqué par le propylène glycol, serait aussi recherché dans l’utilisation de l’e-cigarette et non pas seulement l’envie de quitter les dangers du tabac.

Sur certain sites, vous verrez d’audacieux bricolages pour augmenter considérablement les contenances des réservoirs.

On sent une autre approche que la sauvegarde de la santé.
Pour beaucoup, il semble que ce soit une nouvelle addiction, en remplacement de la première.

Cigarettes électroniques et sevrage tabagique

L’Afssaps rappelle que si le sevrage tabagique est revendiqué par le fabricant et que la cartouche insérée dans le système contient de la nicotine, l’e-cigarette électronique doit être considérée comme un médicament et à ce titre obtenir une autorisation de mise sur le marché (AMM).

L’Afssaps précise également que si la cartouche ne contient pas de nicotine mais que l’e-cigarette électronique est présentée comme une aide au sevrage tabagique, la mise sur le marché de cette cigarette électronique, de la même façon doit obtenir une AMM.

Si le sevrage tabagique n’est pas revendiqué par le fabricant et si la cartouche ne contient pas de nicotine, l’e-cigarette électronique se voit appliquer la réglementation sur la sécurité générale des produits ce qui est de la compétence de la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF).

Ma position face à l’e-cigarette ou cigarette électronique

Comme vous pouvez le constater, utiliser une cigarette électronique est loin d’être anodin !

De plus, il me semble risqué, à long terme d’entretenir une illusion du tabagisme.

Quelques utilisateurs se lasseront de »vapoter » et ne souhaitant pas retomber dans le tabagisme, quitteront définitivement l’esclavage du tabac.
Dans cette perspective, l’e-cigarette peut-être intéressante.

En me promenant sur les forums, je m’aperçois que de très nombreux vapoteurs (c’est le terme qu’ils ont adopté entre utilisateurs de cigarette électronique) ne quittent pas complètement le tabagisme, alternant cigarette traditionnelle et e-cigarette.

Pour la majorité des utilisateurs, ils ‘adonnent à la « vapote » sans idée d’arrêter.

En cas de stress ou de difficulté, l’e-cigarette sera-t-elle suffisante ?
En entretenant la gestuelle et les reflex du fumeur, la rechute vers le vrai tabagisme semble inévitable.

Si votre besoin en nicotine justifie une substitution nicotinique durant les premiers jours de votre sevrage, et si le geste reste important pour vous, un simple inhaleur vous donnera sans doute satisfaction, plus discrètement (pas très élégant, il se dissimule dans la main) et sans risque.

Prix et coût de la cigarette électronique

Le prix n’est pas doux du tout.

  • 45 à 80€ en moyenne pour acheter la cigarette électronique aux débuts…
    Aujourd’hui, la concurrence est rude…
    Les prix ont fondu comme neige au soleil et de nombreuses boutiques ont fermé…
    Aujourd’hui, pour moins de 30€ vous pouvez vous équiper ! (Note du 30 juin 2018)
  • 8 à 10€ une cigarette électronique jetable promettant 300 à 400 bouffées.
  • 9€ pour une recharge promettant 500 bouffées présentées comme équivalentes à 2 paquets et demi de cigarettes traditionnelles.

Un marché fort juteux, comme vous pourrez le constater en découvrant le nombre invraisemblable de marques, modèles et revendeurs.

Où trouver des cigarettes électroniques ?

Les sites et boutiques sont nombreuses, en voici quelques unes

Lâchez votre teuteute

Quitte à prendre en main votre tabagisme, reprenez votre vie en main !
Ne vous laissez pas manipuler une nouvelle fois !

Il me paraît plus raisonnable (mais peut-on parler de raison, lorsqu’il s’agit d’addiction…) d’envisager de consulter un tabacologue diplômé, pour mettre en place une stratégie sérieuse qui, en fin de compte, se révélera plus efficace et certainement beaucoup moins coûteuse.

Exceptionnellement, je ne suis pas certain de laisser les commentaires ouverts pour cet article.
Je suis envahi de faux témoignages de faux utilisateurs, comme tous les sites traitant sérieusement du tabac.

Le marketing de la cigarette électronique n’a rien à envier au cynisme des manufacturiers de tabac.

Pour vous débarrasser définitivement de votre tabagisme, pour un budget bien moins élevé, cliquez vite ici !

18 reflexions sur “La cigarette électronique ou e-cigarette, leurre ou progrès ?

  1. laurent

    Bonjour,
    Votre article date de 2012 mais, certes, il est toujours aussi intéressant et d’actualité en 2018 où je cherchais des informations. De fait, j’ai arrêté de fumer le 22/01/2018, sans aucun substitut, c’est tant mieux. Après, j’ai retrouvé mes « outils e-cig » que j’avais depuis, au moins 5 ou 6 ans (jamais réussi à avaler ces fumées…), il y a 1 à 2 semaines. Donc, je crapote un peu, du sans nicotine, sans avaler quoi que ce soit. Il est clair que les produits irritent tout de même la cavité buccale, il est clair qu’il ne faudrait pas passer de la peste au choléra… Je vous remercie car j’ai, grâce à vous, trouvé les réponses, déjà pressenties. Nicotine ou pas, tabac ou pas, il n’y a pas d’innocuité. Cela peut-être utile, temporairement, pas plus.

  2. Lionel

    Je ne partage pas votre avis mais je constate que vous êtes de bonne foi.. dans l’erreur !
    Fumeur durant 34 ans, cas désespéré du tabagisme, la e-cig m’a permis de stopper totalement le tabac depuis exactement 4 ans aujourd’hui.

    Beaucoup de gens devraient se faire diagnostiquer des choses et ne le font jamais. L’addiction à la e-cig semble assez anodine dans la longue liste des troubles du comportement.

    Il n’y a pas lieu de sur-réguler la vente d’un produit non-toxique. Sans même aller jusqu’au tabac (qui est extrêmement toxique), le soda sucré ne fait pas l’objet d’AMM et pourtant il peut aider à boire moins d’alcool !

    Le problème dans votre position est que vous ne consommez ni tabac ni vape et que votre impression est fondée sur l’analogie que vous faites entre les deux.

    Si on interdit quelque chose juste parce que ça ressemble à autre chose, on va, sous prétexte d’hygiène visuel, finir par perpétrer des génocides. L’intolérance est le reproche que je vous adresse.
    Parmi les millions de vapoteurs, beaucoup sont des gens intelligents et formés (je suis ingé informaticien très bien informé) dont chacun a fait sa propre évaluation bénéfice-risque avant de se lancer.

    Pour ce qui me concerne, le bénéfice sur ma santé est inestimable et inespéré.

    Je pensais vraiment mourir fumeur. La vape ma sauvé de cette fatalité.

  3. Jacques

    Bonjour, je vois que le post est très vieux mais je me permet de mettre ce commentaire.
    1: Concernant le snus, je n’en ai jamais vu en france mais maintenant que je suis ailleurs je sais ce que c’est et j’ai vu des personnes après des années de consommation. Pour les poumons je suis d’accord mais ça contient pas mal de m***** j’ai vu des gencives après 5 ans de snus.. ça fait peur ! Les gencives remontes et on voit la dent en entier… Bref, assez pour le snus.

    J’étais fumeur (5-10 par jour) pendant quelques années et je pouvais plus arréter et j’en avait vraiment marre d’avoir un gout de tabac revenir après chaque sieste (je sais pas pourquoi la sieste mais ça vient à chaque fois). Depuis 1 an je suis a la vapote et au début j’avais une petite tybe « barre » et j’avoue que j’avais toujours envie de fumer donc ça ne m’aidais pas vraiment (meme si je diminuais les cigarettes ce qui reste un bon point). Puis j’ai achete ce que l’on appelle un mod (plus de watt, resistance plus faible donc de gros nuages et de grosses taffes) et la je ne fume plus du tout.
    Parler des dangers de l’ecig oui mais attention, les cartouches cités ici faites en chine ça n’existe pas vraiment. Je fais les liquides moi même mais depuis la chine, on ne trouve pas de liquides. Il y a pleins de marques françaises qui fabriquent leurs aromes naturellement. On trouve des liquides tout prêt ou des aromes pour les faires sois même. L’histoire des cartouches c’est le genre de trucs qu’on trouve a gifi et qu’il faut éviter.
    Ce que j’en pense avec mon expérience :

    Ce que je pense des dangers : Une chose est sûre, (et prouvée), c’est moins dangereux que le tabac (et plus agréable). Je peux faire du sport sans être essouflé, je n’ai pas de goût de tabac qui reviens de mes poumons et c’est moins cher.
    Voici ce que je consomme donc : du propylène glicol et de la glycérine végétale (50%-50%) la glycérine végétale n’est pas identifiée comme dangereuse si je ne me trompe. Le PG je suis d’accord avec l’article sauf qu’on ne le mange/boit pas, il est juste transformée en vapeur, donc on ne peut pas vraiment comparer l’hinalation avec la consommation directe (sinon on peut dire que manger du tabac et fumer c’est la même chose…)
    Les aromes : ça dépend mais je prends des sources sures, françaises ou européenne et des aromes naturels. (Mais enfin dans l’alimentation on en a plein aussi…).

    Sinon, je comprends votre but qui est d’arrêter l’addiction complètement , c’est bien si on y arrive, et puis si on baisse son taux de nicotine jusqu’à 0mg, les risques sont fortement diminués.

    Sur ce, j’attend comme vous des résultats pertinent sur l’inhalation du PG à la longue mais en attendant je trouve que l’ecig est une meilleure alternative à toute autre forme de tabagisme.

    1. Patrick Auteur de l'article

      Ce n’est pas la nicotine qui est dangereuse pour le fumeur, c’est tout le reste !
      Comme toute addiction, le tabagisme est un problème avant tout psychologique.
      Réglez ce problème, c.a.d. comprenez pourquoi vous fumez, et vous n’aurez plus besoin de votre teuteute.
      Vous ferez beaucoup d’économies et vous serez fier de vous !

      1. Jacques

        Donc vous êtes bien d’accord avec moi que la cigarette electronique est moins dangereuse que le tabac. La nicotine reste un produit toxique, je suis d’accord sur le fait de stopper l’addiction mais pour comprendre une addiction je pense qu’il faut au moins en avoir l’experience sois-meme. Au debut aussi je pensais que c’etait du vent, que les fumeurs pouvaient arrêter quand ils le veulent mais en pratique, c’est plus complique…

        1. Patrick Auteur de l'article

          Pas de raccourci trop rapide !
          En attendant les résultats d’études à long terme, il faut avant tout rester prudent.
          A court terme, je pense que la cigarette électronique est un moindre mal.
          J’écris bien à court terme, si ça peut vous aider à passer le cap vers l’arrêt réel et définitif.
          Que penseriez-vous de vos proches, collègues de bureau, s’ils se promenaient en suçant leur pouce ?
          C’est pourtant ce que vous faites avec votre teuteute, que ce soit un cigare, une cigarette ou une e-cigarette !
          Prenez-en conscience !
          Faites-le point avec un tabacologue sur ce que vous pensez que ça vous apporte réellement : rien, strictement rien !
          Quand vous l’aurez compris vous n’aurez aucune difficulté pour arrêter.
          Le plus difficile est de regarder le problème en face et d’oser reconnaître que vous êtes le seul responsable de votre vie.
          A vous de voir ce que vous voulez vraiment en faire.

  4. moise

    Afsaps n est pas digne de confiance concerant son indépendance:Alors pourquoi l’a citer de façon récurente? Une vapote n’est qu’un inhalateur,mécanique ou éléctronique.
    Aussi,si vous n’êtes ni ancien fumeur ni nouveau ou ancien vapoteur,ni concerné:ALORS POURQUOI DONNEZ -VOUS VOTRE AVIS ?
    Serait-ce pour les intérets financiers d’un lobby pharmacologique?

    1. Patrick Auteur de l'article

      Si seuls les toubibs alcooliques devaient suivre les alcooliques, les cardiologues un pied dans la tombe seraient autorisés à prendre en charge les cardiaques, tout irait mieux mon bon Môssieux !

  5. Toto

    La cigarette tue un fumeur sur deux. Soit entre 40.000 et 60.000 morts par an en France. La majorité des fumeurs ne parviennent pas à arrêter de fumer avec les méthodes classiques. C’est un fait. Mais on continue les mêmes méthodes, avec le même résultat : ça ne marche pas. Et la clope tue décennies après décennies.

    Mais bizarrement, quand un substitut infiniment moins dangereux arrive, on tape dessus, on alarme ! Pour la 1ère fois, des millions de fumeurs arrêtent la clope. Cela pourrait à terme sauver des milliers de vies chaque année. Mais la solution n’est pas assez parfaite !
    J’ai même un voisin qui m’a dit « J’ai vu à la télé que c’était dangereux, du coup j’ai repris la clope ».
    C’est irresponsable. Vous avez tord.
    Continuez à vendre du sevrage tabagique, puisque c’est cela votre but, non ?

    1. Patrick Auteur de l'article

      Apparemment, vous m’avez mal lu !
      Je suis un des seuls tabacologues à défendre le snus, moins dangereux que la cigarette, je ne suis pas très orienté substituts et je ne suis pas contre l’e-cigarette !.
      Je mets en garde contre ce qui peut paraitre solution magique.

      A court terme, dans le but d’arrêter de fumer, c’est une stratégie qui se défend.
      Le problème est que beaucoup de fumeurs vapotent entre 2 cigarettes ou fument entre 2 vapotes !
      En continuant à fumer, ils ne diminuent pas leur risque, ou si peu…

      Tous les anciens fumeurs ayant raccroché et tourné la page du tabagisme, définitivement, savent qu’on peut le faire sans se raccrocher à un succédané de tabagisme !
      Au coût mensuel d’une e-cigarette, il me semble que se reprendre en main, se libérer définitivement de ses béquilles, c’est un bel objectif !
      Après chacun mène sa barque comme il le souhaite !

  6. Sull

    Hypnose , patch , « nicorette » , etc … no comment , mon vécu en la matière ma rendu incapable d’utilisé des termes courtois pour en parler …
    435 jours que je vapote , gros retour de santé , en 1 mois . Je suis a 0 nicotine depuis 2 mois (j’ai pris mon temp!) et continue la vapote , car j’aime ca !
    Je fais mes propre liquides , j’utilise des mods electro et méca , des atomiseur type dripper qui permette de varier/adapter ca vape a l’infini !
    votre discours alarmiste reposant sur des allégations de personne qui visiblement ne vapotte pas eux-même, sur le fait que les ingrédients sont utilisé dans d’autre domaine ce qui évidemment est plutôt normal (vous voulez qu’on parle du savon noir ?) et sur le fait que des gens gagne leur vie en vendant du matériel. bien sur que la vapotte peut avoir des effets secondaire, ce n’est pas innocent comme produit, au même titre que le fait d’abuser de n’importe quoi!
    J’espère que vous avez mis de l’eau dans votre vin depuis la parution de cette article, car je ferait comme vous, je ne me fatiguerait pas a approfondir mes connaissances sur un sujet avec des a-priori injustifié que je considère comme évident!
    vous êtes sur d’avoir compris que nous ne somme pas tous égaux devant les addictions ?

    1. Patrick Auteur de l'article

      Je n’ai pas changé ma façon de voir !
      Dans l’optique d’un arrêt, ça peut être une bonne stratégie.

      Pourquoi se sentir obligé de passer d’une addiction à une autre ?
      Pourquoi ne pas régler la raison pour laquelle on est addict ?

      1. Arthur

        J’ai du mal à vous suivre !
        D’un côté vous nous alarmez contre l’e-cigarette, ce que je comprend, et de l’autre vous êtes à la limite de promouvoir le snus (vu sur un autre article).

        Donc je récapitule, ne pas remplacer l’addiction par une autre car on ne connait pas les effets à long terme.
        Mais risquer des cancers de la bouche et du pancréas ça va.
        Pourquoi ?

        Je trouve cela stupide de tourner le dos à l’e-cigarette sous prétexte que cette solution n’est pas parfaite. Je préfère 100 fois être accro à ce nouveau gadget que continuer de pourrir l’intérieur de mon corps avec ces maudites sucettes à cancers !

        Résultats des courses je vois dans les commentaires des types qui préfèrent SE FORCER à reprendre 40 CIGARETTES par jour parce que « ouais la vapote on en sait rien ça DOIT être dangereux ». Sauf que la cigarette C’EST dangereux. Toutes les addictions du monde seront toujours meilleures que celle-ci et je vous prie d’arrêter de nous faire croire que les solutions de lutte contre le tabac actuelles sont 100% efficace.

        1. Patrick Auteur de l'article

          Si vous lisez bien mes articles, vous verrez que je ne suis pas un inconditionnel des patchs et autres produits nicotinés.
          L’article sur le snus ne fait que montrer qu’il est surprenant d’interdire un produit moins dangereux que le tabac fumé.
          A aucun moment je ne dis que c’est sans danger.
          En ce qui concerne la cigarette électrique, d’une part l’article est ancien, il date du début de son apparition.
          D’autre part, on n’a pas encore de recul sur une utilisation prolongée.
          Et pour finir, je maintiens que c’est une solution envisageable à court terme comme aide pour quitter le tabagisme.
          Je ne suis pas favorable à une utilisation prolongée.
          Après chacun mêne sa vie comme il le souhaite.

  7. Lem

    Bonjour,
    J’avais commencé la e-cig et j’ai arrêté.
    Je fumais 1 à 2 paquets par jours mais je me sentais mal et
    je m’inquiétais pour ma santé. J’ai essayé l’e-cig,au début je trouvais cela bon même meilleur que la clope, j’avais l’impression de mieux respirer, je ne toussais plus le matin, mes mains n’étais plus violettes mes doigts plus marrons. Je trouvais cela super : un an sans clope !
    Mais au fond, c’est vrai que rien ne prouve que c’est pas dangereux, et tout ces parfums…. Bref ça doit être toxique….
    J’ai donc arrêté l’e-cig, j’étais bien en manque de nicotine mais la clope me semblait dégueu et les patchs et autre Nicorettes sont trop cher.
    Obliger de me forcer pour cloper. Vraiment eu du mal a reprendre le rythme de mes 40 cigarettes par jour car ça picote un peu mais enfin j’y suis. Plus jamais la e-cig pour moi, de toute façon, bientôt ce sera interdit, tant mieux !

    1. Patrick Auteur de l'article

      Bonjour,
      pourquoi n’êtes-vous pas aller voir un tabacologue ?
      Vous forcer pour reprendre la clope ?
      Je ne vous juge pas, mais j’ai du mal à vous suivre.
      Un an sans cigarette, vous aviez fait le plus difficile.
      40 cigarettes par jour vous coûtent plus cher qu’une prise en charge et même quelques boites de patch.
      De plus, les produits à la nicotine ne sont pas la seule solution, loin de là.

    2. Perplexe !

      Consternant !

      Vous avez choisi de retourner à un produit d’une nocivité énorme et avérée parce qu’il vous fallait abandonner la e-cigarette dont la nocivité est bien moindre?

      Ne répétez pas qu’il n’y a pas d’études, il y en a au moins 141 allant dans ce sens ! La E-cigarette est surtout nocive pour Big Tobbaco, Big Pharma et pour les caisses de l’état 🙂

      Consternant…

      En voici quelques unes :

      Goniewicz ML, Gawron M, Peng M, et al. Electronic cigarettes deliver similar levels of nicotine and reduce exposure to combustion toxicants after switching from tobacco cigarettes. Society for Research on Nicotineand Tobacco 18th Annual Meeting. Houston, Texas, USA, 2012. Page 40:
      http://www.srnt.org/conferences/2012/pdf/2012_Abstracts_H.pdf

      Caponnetto P, Polosa R, Auditore R, Russo C, Campagna D. Smoking Cessation with E-Cigarettes in Smokers with a Documented History of Depression and Recurring Relapses. International Journal of Clinical Medicine, 2011, 2, 281-284.
      http://www.endsmoking.org.nz/IJCMecigsDepressionJuly2011.pdf

      Polosa R, Caponnetto P, Morjaria J B, Papale G, Campagna D, Russo C: Effect of an Electronic Nicotine Delivery Device (e-Cigarette) on Smoking Reduction and Cessation: A Prospective 6-Month Pilot Study. BMC Public Health 2011, 11:786.
      http://www.biomedcentral.com/content/pdf/1471-2458-11-786.pdf

      ….

      et la liste est très longue

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Désirez-vous réussir à vous libérer du tabac sans effort?
Avec l'aide d'un tabacologue diplômé de la faculté de médecine Paris VII
Répondez à 5 courtes questions et je vous envoie gratuitement mes premiers conseils